Catégorie : Ils travaillent avec nous (page 2 sur 3)

Jonathan, notre développeur au grand coeur

Les jeux SpeakyPlanet pour apprendre l’anglais sont le résultat d’un travail de longue haleine. Et ce résultat, nous le devons à toute l’équipe SpeakyPlanet, composée d’une dizaine de personnes, en plus de nombreux freelances.
 
Après vous avoir présenté Hélène, Thi-hien, Marion et Pierre, c’est aujourd’hui au tour de Jonathan de tout vous dévoiler sur son métier de développeur web, un terme qui peut parfois paraître un peu “barbare” !
 
Jonathan
 
Jonathan, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?
Angevin de souche, j’ai intégré une école d’ingénieur informaticien à la sortie du lycée, spécialisé dans le web & le multimédia. Je suis par la suite parti à l’aventure en Australie, pour le côté magique de cette destination, mais aussi pour améliorer mon anglais. J’aime beaucoup les langues, et ce voyage de 7 mois m’a vraiment permis de progresser ! Et depuis 2011, je suis développeur web à SpeakyPlanet !
 
Ton arrivée à SpeakyPlanet
SpeakyPlanet allie tout ce que j’aime : le web, les jeux vidéos, les langues, et les enfants. L’approche ludique m’a vraiment attiré. J’ai donc postulé, et je suis devenu le tout premier membre de l’équipe SpeakyPlanet, en plus d’Estelle et Franck, les co-fondateurs. C’était super intéressant d’arriver sur un projet naissant, de le voir progresser, et de le porter dans son ascension. Je me souviens, au tout début, nous travaillions dans le salon des co-fondateurs (un peu chez l’un, un peu chez l’autre). Et aujourd’hui, nous sommes une dizaine de membres installés dans de vrais bureaux ! On en a parcouru du chemin… :)
 
Comment ton métier de développeur s’applique-t-il au sein de SpeakyPlanet ?
Pour résumer, à SpeakyPlanet :

– Je gère le fonctionnement du site Internet : je mets en place les nouvelles pages Internet, ou encore les nouvelles fonctionnalités du site, comme l’avatar !
– Je développe également les jeux SpeakyPlanet : avec Anthony, notre second développeur, nous développons les jeux que vous trouvez actuellement sur le site. C’est-à-dire ? Pour un jeu, l’illustrateur m’envoie les éléments graphiques, notre designer son me fournit les sons nécessaires, et moi je coordonne le tout pour donner naissance au jeu !
– Pour le côté fun, il m’arrive de prêter ma voix pour certains jeux ! C’est par exemple ma voix, et celle de Thihien, que vous entendez dans les chœurs des chansons d’Hailey Lewis !

– Et pour finir, comme tous les membres de l’équipe, je participe aux tests utilisateurs. C’est toujours un grand moment que de voir en direct la réaction des enfants face aux jeux que j’ai conçus.
 
Depuis le début, qu’est-ce qui a été pour toi le plus difficile à développer ?
 
dico anglais
 
Le dictionnaire interactif de SpeakyPlanet ! On avait probablement sous-estimé la charge de travail d’un tel outil ! Il a fallu revenir dessus à plusieurs reprises, faire et refaire des modifications, etc. On avait un peu l’impression que ça n’en finirait jamais ! Mais au final, je suis très content du résultat : le dico est vraiment un plus pédagogique pour SpeakyPlanet. Alors le jeu en valait la chandelle !
 
De quel jeu es-tu le plus fier ?
Sans hésitation : la trilogie des Jack O’ Lantern !
Ce qui m’a surtout plu, c’est le fait de créer le parcours de Jack dans le jeu, d’y placer des passages secrets, des pièges… Bref d’imaginer et de concevoir un chouette parcours pour les enfants ! J’ajouterai aussi que les illustrations de ce jeu sont au top, ce qui rend le jeu d’autant plus sympa ! On remercie Hélène pour cela, notre graphiste-illustratrice !
 
Jack O Lantern
 
EN SAVOIR PLUS SUR SPEAKYPLANET


Découvrir SpeakyPlanet



Marion, notre “ch’tite” assistante marketing

SpeakyPlanet est un grand livre, dont les membres sont les auteurs. L’histoire ne serait pas aussi belle sans les savoir-faire et talents de chacun. Chacun travaille pour donner accès à l’anglais à un maximum d’enfants de manière ludique et amusante.
 
Petit rituel instauré depuis quelques mois (Hélène, Thi-Hien et Pierre sont déjà passés par là), nous vous proposons cette semaine un nouveau portrait. Allons à la rencontre de notre « ch’tite » favorite : Marion, la belle plume du groupe, assistante marketing chez SpeakyPlanet.

 
 
Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Marion, j’ai 22 ans et je suis originaire du nord de la France. Je suis arrivée sur Angers il y a deux ans pour poursuivre mes études en webmarketing. J’ai réalisé un stage de trois mois au sein de SpeakyPlanet au printemps 2013, puis j’ai continué en alternance. En avril, je vais souffler ma première bougie d’existence chez SpeakyPlanet… Le temps passe vite !
 
Marion Caillierez
Quel est ton rôle chez SpeakyPlanet ?
En tant qu’assistante marketing, mes missions sont très polyvalentes. La plus importante partie de mon travail est consacrée à la conception et à la rédaction, des différentes pages du site notamment, ce qui prend beaucoup de temps : il faut trouver les bons mots, le site Internet jouant le rôle de « vitrine » pour nos visiteurs. J’écris aussi les textes pour chaque sortie de jeux, ce qui nécessite de les avoir testés avant. Et je m’occupe du blog SpeakyPlanet : en amont, je réfléchis aux thématiques qui pourraient être abordées dans les prochains articles, puis je rédige.
 
Et puis je rédige, avec Estelle, les cahiers des charges pour les nouveaux jeux et les nouvelles fonctionnalités, qui sont transmis aux illustrateurs et aux développeurs.
 
Un autre aspect de mon travail concerne la relation clientèle, dont je m’occupe avec Thi-Hien : je réponds au téléphone et aux e-mails et j’ai un œil sur les réseaux sociaux.
 
 
Parmi tes missions, laquelle te procure le plus de plaisir ?
J’aime créer de nouvelles fonctionnalités, comme par exemple l’avatar sur lequel nous travaillons en ce moment. C’est très intéressant de devoir « penser » à la place des internautes, en se posant les bonnes questions : ce qui pourrait plaire, comment rendre la fonctionnalité pratique et facilement utilisable… C’est une fois l’idée lancée que je donne le relais aux graphistes et développeurs qui vont concrétiser le projet. J’attends en général le résultat final avec impatience, et j’ai toujours été ravie.
 
Ce que j’adore aussi, c’est l’écriture de nouveaux jeux. Je retombe en enfance ! C’est un temps où nous pouvons nous lâcher et faire travailler notre imagination. Chacun apporte ses idées et grâce au travail d’équipe, nous sommes toujours heureux du résultat final. Et encore plus lorsqu’il est apprécié par les enfants…
 
 
Quel a été ton meilleur souvenir chez SpeakyPlanet ?
En décembre, nous sommes allés à la rencontre d’enfants du CE1 au CM2 à l’école de la Menitré pour qu’ils testent les nouveaux jeux (dont certains que j’avais conçus). C’était l’aboutissement de semaines de travail, et le moment de vérité.
J’ai adoré le contact direct avec les enfants, voir leur réaction et être à l’écoute de leurs remarques. J’étais heureuse de les voir sourire et impliqués dans nos jeux. Ce sont ces moments-là qui permettent de nous sentir fiers et nous poussent à continuer sur notre lancée. Vivement les prochains tests !
 
 
Et justement, de quel jeu es-tu la plus fière ?
Sans aucune hésitation… Zombie shop ! J’ai écrit ce jeu avec Jonathan et Hélène, et c’était vraiment un plaisir. Il met en scène des zombies qui vont faire les soldes dans une boucherie pour s’offrir des parties du corps toutes neuves. Chaque zombie fait sa demande, et le joueur doit cliquer sur la partie du corps demandée.
 
Zombie Shop
Le rendu final du jeu a largement dépassé nos attentes. C’est un jeu qui permet d’apprendre le vocabulaire anglais sur le corps humain de manière originale et drôle.
 
 
Un dernier mot pour la fin Marion ?
Je me plais énormément chez SpeakyPlanet. C’est une expérience vraiment enrichissante tant au niveau professionnel qu’au niveau humain (l’ambiance entre collègues est très familiale). C’est pour moi un vrai plaisir de venir travailler chaque jour !
 
EN SAVOIR PLUS SUR SPEAKYPLANET


Découvrir SpeakyPlanet



Pierre, notre musicien inspiré

L’aventure SpeakyPlanet n’existerait pas sans l’ensemble de ses membres, aux compétences et talents variés. A Speakyplanet, chacun donne le meilleur de lui-même pour garantir l’apprentissage de l’anglais pour tous les enfants.
 
Après Hélène, notre illustratrice-graphiste, et Thi-Hien, notre assistante éditoriale, c’est Pierre, le musicien de la bande, qui se plie au jeu de l’interview ! Découvrez les coulisses de son métier de designer sonore…

 
Pierre Bossard, designer sonore à SpeakyPlanet
Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis Pierre, j’ai 29 ans et suis originaire de Cholet. Je vis à Angers depuis 10 ans, et ça fait deux ans que j’ai intégré SpeakyPlanet, en tant que designer sonore. Et en dehors du travail, je fais partie d’une groupe de musique qui s’appelle Mindgame, pour lequel je suis chanteur, guitariste et auteur.
 
Comment as-tu connu SpeakyPlanet ?
Avant même la création de SpeakyPlanet, j’ai fait un stage avec Estelle Jollivet, cofondatrice du site, lorsqu’elle avait encore son activité d’indépendante. C’était un super stage : nous réalisions des reportages pour le Festival d’Anjou : interviews de comédiens et metteurs en scènes, coulisses… Un peu avant le lancement officiel de SpeakyPlanet, Estelle m’a recontacté pour me proposer de participer à l’aventure SpeakyPlanet… J’ai tout de suite dit OUI ! Faire du son pour des jeux vidéos, je n’avais encore jamais fait ça, et ça me donnait plutôt très envie !
 
Ton rôle ?
Au tout début, j’ai commencé par faire uniquement du découpage de sons pour les jeux, à partir des voix de nos comédiens anglais. Quand j’y repense, on travaillait vraiment avec le matériel minimum, c’était assez artisanal en fait ! Aujourd’hui nous travaillons avec du matériel professionnel. SpeakyPlanet a bien évolué !
 
On a ensuite décidé de créer un mini-film pour présenter SpeakyPlanet, je me suis occupé de la maquette de départ et du montage. Et puis, on s’est dit que faire une vidéo pour chaque jeu pourrait être bien aussi ! Je me suis donc mis au travail pour réaliser un trailer pour chacun des jeux. Je joue et me filme en train de jouer ! C’est assez marrant car je dois jouer de façon à ce que le film donne envie et soit agréable à regarder, et que le tout paraisse réaliste et naturel. Le trailer doit montrer à la fois la pédagogie et le côté ludique du jeu.
 
Et depuis peu, je compose des musiques pour certains jeux ! La première fois était pour la chanson du jeu Le journal d’Hailey Lewis. Ce personnage est la chanteuse de SpeakyPlanet, et je suis en quelque sorte son compositeur ! Avant la composition en elle-même, je me réunis avec Thi-Hien qui m’aide beaucoup sur l’écriture des textes. C’est aussi avec elle qu’on définit le style et l’ambiance pour la chanson. La musique doit avoir un esprit joyeux et festif pour que la chanson donne envie et surtout, qu’elle soit facilement mémorisable pour les enfants. L’objectif reste tout de même de leur apprendre l’anglais, mais en chanson ! Vous découvrirez d’ailleurs prochainement une toute nouvelle chanson… 😉
 
Le journal d'Hailey Lewis
Un nouveau jeu sort sur SpeakyPlanet : que dois-tu faire ?
Tout se passe en 4 grandes étapes :
– Enregistrement des voix : on se rassemble avec Thi-Hien et nos comédiens anglais qui se mettent dans la peau des personnages !
– Découpage des sons, pour que les développeurs puissent intégrer les voix aux jeux
– Habillage sonore : bruitages et musiques d’ambiance. C’est un gros travail de recherche. Certains sons peuvent paraître anodins, et sont en fait très compliqués à trouver : il faut leur chercher un équivalent. Par exemple, pour un bruitage de mouvement, j’utilise des sons de fouet, qui ressemblent à un bruit de vent très rapide. Il faut donner l’illusion d’un certain son alors qu’en réalité il s’agit de toute autre chose !
– Tests et ajustements des sons : effets, volume, etc. L’univers entier du jeu doit être cohérent pour que le joueur soit réellement dedans, ce qui donne parfois lieu à des modifications.
 
La tâche que tu as le moins aimée
Je dirais l’enregistrement des sons pour le dictionnaire interactif. Il a fallu enregistrer les mots un à un, c’était assez rébarbatif. Le dico une super fonctionnalité en terme de pédagogie, mais je dois avouer que sa création a été laborieuse !
 
Ce que tu préfères dans ton travail
La création des chansons est un moment vraiment agréable, c’est un peu comme une récréation. Je n’ai vraiment pas l’impression de travailler. Je m’amuse !
 
J’aime aussi beaucoup la création des sons pour les séquences animées des jeux qui sont de plus en plus nombreuses. Je récupère les animations sans aucun son. C’est à moi de les rendre vivantes au moyen de bruitages, voix, musiques… Quand on regarde la vidéo avant et après, on a l’impression de voir deux choses différentes !
 
EN SAVOIR PLUS SUR SPEAKYPLANET
 

Pierre et toute l’équipe SpeakyPlanet vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année !!!


Découvrir SpeakyPlanet



Thi-Hien, notre “wonder chargée de mission pédagogique”

Tous les membres de notre entreprise sont essentiels : chacun, par ses compétences et ses talents, participe à la grande aventure SpeakyPlanet, pour que l’anglais fasse partie du quotidien de tous les enfants.
 
Après le portrait d’Hélène, notre graphiste et illustratrice, nous vous proposons de découvrir celui de Thi-Hien, notre chargée de mission pédagogique… Une véritable “wonder woman” aux journées bien remplies !

Photo Thihien

Tu nous expliques ton parcours et ton rôle au sein de l’équipe SpeakyPlanet ?

Je suis Thi-Hien, chargée de mission pédagogique chez SpeakyPlanet. J’ai fait de études de langues, j’ai obtenu une licence LEA à l’Université d’Angers.

J’ai intégré SpeakyPlanet depuis un peu plus de 3 ans, en mai 2012. C’est ma première expérience professionnelle.

 

Concrètement, en quoi consiste ton poste ?

Ma première mission a été de créer les fiches pédagogiques qui existent aujourd’hui pour chaque jeu. Je me suis occupée du contenu et de la mise en forme.

 

Aujourd’hui, j’ai un rôle polyvalent :

Côté éditorial, je prépare les textes anglais et français des jeux, en collaboration avec nos conseillers pédagogiques anglais qui valident systématiquement ces textes. Je gère les enregistrements des textes avec tous nos conseillers pédagogiques, et je saisis les sous-titres anglais et français pour chaque jeu.

Côté commercial, je suis en charge de la relation client (réponses aux mails, téléphone, réseaux sociaux), des achats (fournitures, goodies…) et enfin je prépare et envoie les cadeaux récompensant les défis gagnés par les enfants (les mercredis, samedis, dimanches et jours fériés).

 

Ce poste très riche répond-il à tes attentes ?

Moi qui ai toujours voulu travailler dans les langues, j’ai pu concrétiser mon envie au sein de SpeakyPlanet. Durant mes études, j’ai appris beaucoup de vocabulaire commercial, mais pas forcément du vocabulaire du quotidien. Aujourd’hui encore à SpeakyPlanet, je me surprends à apprendre de nouveaux mots !

 

Tu nous en dis plus sur le déroulement d’un enregistrement chez SpeakyPlanet ?

Aujourd’hui, on a sur SpeakyPlanet plusieurs personnages récurrents au sein des jeux. Nos conseillers pédagogiques anglais interprètent chacun un ou plusieurs personnages qui leur sont propres.

C’est assez amusant de voir qu’une même personne est capable de modifier sa voix et donc, de pouvoir incarner des personnages différents.

Je rassemble donc ces conseillers selon nos besoins, ainsi que Pierre qui gère le découpage des sons. Un enregistrement peut durer d’une à deux heures selon les textes. Ce qui est à la fois amusant et difficile, c’est lorsqu’on crée un nouveau personnage et qu’il faut trouver un timbre de voix nouveau sans se laisser influencer par ce qui a déjà été fait. Aussi, lorsqu’on invente un personnage, on lui crée également une personnalité. C’est parfois difficile pour nos interprètes de s’imprégner rapidement de ces personnalités !

 

Et concernant ton travail sur les jeux ?

Comme toute l’équipe, je participe à l’écriture des scénarios des jeux. C’est un moment agréable, où l’on travaille toujours par deux ou par trois. Ça permet de travailler avec tout le monde. On peut laisser parler notre imagination, se lâcher un peu… Attention, il y a quand même des contraintes : technique, graphisme, vocabulaire. Même si nous sommes devenus des adultes, notre enfance ressurgit toujours dans ces moments-là !

J’ai notamment participé à la création du personnage Lily Manchot : petite fille manchot aimant partir à l’aventure et prendre les choses en main dans sa famille qui est plutôt très ennuyeuse… !

 Capture Lily Manchot 2

Lily est un personnage vraiment intéressant : malgré son côté enfantin, c’est une petite fille mature, intelligente et pleine de caractère. Je me retrouve un peu à travers elle : je suis du genre à organiser des sorties avec mes proches, je n’aime pas rester sans rien faire et je l’avoue, j’ai moi-même mon petit caractère !

 

 Ton plus beau souvenir depuis ton arrivée à SpeakyPlanet ?

Incontestablement, l’écriture de la chanson en collaboration avec Pierre (notre designer son, musicien et chanteur) pour le jeu Le journal d’Hailey Lewis. C’était une réelle nouveauté à SpeakyPlanet, la première chanson enregistrée ! J’ai eu la chance de prêter ma voix pour les chœurs de cette chanson, avec Jonathan, qui, même s’il est surtout développeur, a une autre corde cachée à son arc : une magnifique voix ! L’enregistrement reste un très bon souvenir, on se sentait comme de vrais chanteurs en studio, c’était très amusant ! Aujourd’hui encore, la chanson continue de résonner dans ma tête. C’est une expérience qui risque de se renouveler prochainement… 😉

 Capture Hailey Lewis

Ce qui t’a le moins plu au cours de cette première année ?

Le lancement du dico : j’ai dû repasser sur tous les mots de chaque jeu pour y ajouter leur nature. C’était un très gros travail, assez pressé : il ne fallait pas perdre de temps !

Je pense aussi à la refonte de toutes les fiches pédagogiques dans un objectif d’amélioration : c’est un travail qui m’a vraiment pris beaucoup de temps.

 

Et ce que préfères-tu dans ton travail ?

Sans aucun doute, la polyvalence des tâches : mes journées ne sont jamais monotones ! Et puis écrire des textes : scénarios toujours différents et riches…

J’ai eu la chance d’avoir trouvé ce travail directement après mes études, et il y règne une très bonne ambiance.

J’apprécie également de voir le rendu final des jeux, les tester, jouer et se surprendre à essayer de faire un top score pour gagner des médailles !

Capture Lily Manchot 1


Découvrir SpeakyPlanet



Hélène, notre illustratrice “so cool”

SpeakyPlanet, c’est avant tout une aventure humaine : des talents et des compétences réunis autour de la passion de l’anglais, et de l’apprentissage ludique de l’anglais pour les enfants. 

*

Aujourd’hui, c’est Hélène Camu qui se livre au jeu de l’interview-vérité : apprenez-en plus sur les coulisses du graphisme de nos jeux !

*

Hélène Camu, illustratrice

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

J’ai fait des études de communication visuelle à l’Ecole Brassart à Tours, puis un stage chez Alphanim, une société de production de dessins animés.
Je suis illustratrice et graphiste à SpeakyPlanet depuis 2 ans, c’est ma première expérience professionnelle.

J’ai la chance d’être arrivée dès le début du projet, tout de suite après l’école, et j’ai ainsi vécu toute l’évolution de SpeakyPlanet.

*

Tu nous expliques ton rôle au sein de l’équipe SpeakyPlanet ?

Je travaille sur tout ce qui a trait au graphisme : maquettes du site Internet, supports publicitaires (bannières, newsletters, insertions magazines), goodies… Ma première mission a été de créer le logo : un très beau défi !

J’ai aussi découvert le travail d’ergonomie (devoir se mettre dans la peau des utilisateurs, conduire des “tests utilisateurs”), et les contraintes techniques du travail avec les développeurs…

*

Et tu travailles au graphisme des jeux ?

Oui bien sûr, le coeur de mon travail, c’est l’illustration et l’animation des jeux.

Comme tous les membres de l’équipe, je suis associée au travail d’écriture des jeux*, c’est quelque chose que j’adore ! C’est vraiment un plus de pouvoir participer à toutes les étapes de fabrication d’un jeu, de la conception, jusqu’aux tests dans des écoles avec les enfants.

* Les contraintes d’écriture des jeux, liées aux programmes scolaires et aux notions qu’on souhaite aborder, sont fixées en équipe, puis les jeux sont écrits par petits groupes de 2 ou 3, avant d’être repris et validés par nos conseillers pédagogiques anglais.

*

Quels sont tes jeux “coups de coeur” ? 

Jack O’ Lantern ! C’est un monde que j’ai adoré créer. J’ai toujours aimé dessiner des monstres et des univers imaginaires, ils m’inspirent, et il y a matière à délirer. Lorsqu’on a écrit le jeu avec Franck (Fievet, directeur) et Jonathan (Lelievre, développeur), on avait déjà pas mal d’idées en tête. Et de nouvelles idées sont venues au fur et à mesure. Dans le 3ème volet, on s’est bien lâchés, nous avons créé beaucoup de nouveaux obstacles et même des passages secrets !

*

jackOLantern

*

Les jeux La fanfare et L’orchestre symphonique sont particuliers pour moi aussi : j’ai pratiqué un instrument pendant 11 ans, et je tenais beaucoup à intégrer cette culture de la musique dans nos jeux, c’est pourquoi j’ai proposé ce thème, ça me tenait à coeur. Ces deux jeux sont le résultat d’une collaboration étroite avec Pierre (Bossard, notre designer sonore), notamment dans le choix des instruments et de l’univers musical. Il y a eu un va et vient entre musique et illustrations. Les animations découlent de la musique. Et il y a d’autres univers à explorer, pourquoi pas le jazz ou la country ?

*fanfare

orchestre symphonique

*

Enfin, j’ai envie de citer Le cinéma des Speakies, dont le troisième volet est sorti cette semaine, car c’est un peu la partie cachée d’un gros iceberg. Les Speakies sont les mascottes du site, et prochainement, ils seront encore plus présents, avec un relookage qui va arriver très rapidement, et l’avatar, en ligne l’année prochaine. On en reparlera certainement d’ici là…

*

Le Cinéma des Speakies 3 : les goûts

*

Qu’est-ce qui te plait le moins dans ton travail ? 

J’adore ce travail ! Mais j’avoue que faire, refaire et re-refaire des maquettes de pages de site, c’est un peu fastidieux… Lorsque nous avons lancé le Dico, il a fallu créé 1600 vignettes d’un coup pour tous les mots du site, ça a été une mission assez lourde.

*

Et ce qui te plaît le plus chez SpeakyPlanet ? 

La diversité de mes missions : créer un jeu depuis le scénario, jusqu’aux personnages, créer les illustrations en partant de rien, puis voir le jeu fini et savoir que les enfants apprécient ces jeux vidéo pour apprendre l’anglais.

Et ici, l’ambiance de travail est familiale : on est ouverts, on s’écoute les uns les autres, c’est quelque chose de très important.

*

Merci, Hélène, et à bientôt pour de nouveaux portraits de l’équipe SpeakyPlanet ! 

*


Découvrir SpeakyPlanet



Articles précédents Articles suivants

© 2018 Le blog de SpeakyPlanet

Thème réalisé par Anders NorenHaut ↑