Making-of du film SpeakyPlanet ! Partie 2 : post-production

Hello, et merci à tous de nous suivre !
 
Si vous avez lu la première partie du making-of du film SpeakyPlanet, vous savez déjà que la journée de tournage fut particulièrement géniale, mais loin d’être de tout repos. Sinon, allez tout de suite la lire, on vous attend !
 
Ça y est ? Alors allons-y pour la suite de ce reportage dans les coulisses de SpeakyPlanet !
 
 
Reprenons là où nous en sommes restés la semaine dernière :
 
Nous voici donc, après une journée de tournage, fatigués mais contents d’avoir toutes ces belles images bien gravées sur pellicule.
 
“Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?” se demande alors le stagiaire que je suis.
 
Vous voyez, je suis comme beaucoup de gens : Mon “expertise” dans la création vidéo se résume à deux ou trois clips de vacances mal cadrés et tremblotants, qui -à part me rappeler des souvenirs sympa- n’ont pas un grand intérêt cinématographique. Et du coup, moi, pauvre ignorant, je pensais que faire une vidéo, en gros, ça voulait dire “filmer“.
 

J’avais tout faux.

 
Quand on réalise une vidéo, la partie “filmer”, c’est la partie “ombrelle” de votre cocktail préféré, la couverture du livre, l’habit du moine… Certes, c’est important car c’est ce que l’on voit en premier, mieux vaut ne pas l’oublier, mais c’est très, très, très loin d’être suffisant.
 
Bref, vous avez subi suffisamment de métaphores à la pertinence discutable pour comprendre qu’entre le détourage, le montage, les Speakies à intégrer et à animer, le mixage des sons, les voix à enregistrer, il en restait, des choses à faire. L’essentiel du travail, en fait ! C’est justement à ces tâches que nous allons nous intéresser aujourd’hui.
 
Et pour tout cela, ce sont Hélène et Pierre les experts ! Évidemment, la conséquence logique et prévisible est qu’ils ont tous les deux hérité d’une charge de travail à faire passer l’ouvrier Stakhanov pour un fumiste.
 
Pierre, son truc, c’est le son. Musicien dans l’âme (et dans la vie), qui mieux que lui pourrait s’occuper des voix et du mixage ? Mais comme nous ne sommes encore qu’une toute petite planète, et parce qu’il est super fort, Pierre, c’est aussi lui qui a géré tout le détourage des images et le montage des différentes séquences. “Un travail de titan” vous dites ?
 

 
Pour vous convaincre qu’il a survécu, voici ce qu’il nous raconte au sujet de son travail sur la vidéo :
 

Pierre :
“Une fois le tournage terminé, j’ai récupéré toutes les images pour les monter sur ordinateur. Il y a eu trois versions successives du film, corrigées au fur et à mesure par Franck, Estelle ou Hélène, chacun y apportant sa touche et sa sensibilité [sauf Franck, malheureusement dépourvu de sensibilité, NDLR]. La partie la plus délicate a été l’intégration des séquences qui montrent le site : Chaque enfant devait être isolé du fond blanc (Vous vous rappelez ? Le drap de la première partie du making-of !) afin de pouvoir intégrer ces passages. Ensuite, nous avons enregistré les dialogues des Speakies avec Hélène, Thi-Hien et Léticia. Une journée qui fut très amusante pour tout le monde.
 
Une fois ces étapes terminées, il ne restait plus que (sic.) le mixage du son à faire, avec musique d’ambiance, bruitage de jeux, et bien sûr gestion des niveaux de voix des enfants et des Speakies.
 
Les parties que j’ai préférées sont le tournage, car c’était un bon moment qu’on a passé tous ensemble chez Franck. J’aime encore mieux le travail du son, donc l’enregistrement des voix et le mixage m’ont aussi beaucoup plu.
 
Le plus désagréable aura été le détourage des images une par une, très long et rébarbatif. Il y a aussi la création de la maquette, car ce fut un passage assez stressant au début.
Mais dans l’ensemble, la création de cette vidéo restera un très bon souvenir pour moi !”

 
 
On commençait progressivement à en voir le bout. Mais avant de pouvoir mettre la vidéo en ligne pour de bon, il restait encore une chose essentielle à faire : enregistrer les voix des Speakies… Eh oui, ça aussi, c’est fait maison ! Et d’ailleurs, tout le monde participe, ou presque ! Morceaux choisis :
 

De gauche à droite : Franck, Hélène, Léticia, et Thi-Hien !

 
C’était vraiment rigolo d’entendre tout le monde prendre une petite voix suraigüe, mais pas toujours facile de se concentrer dans le bureau d’à côté ! 😉
 
Cet article est aussi l’occasion pour moi de donner la parole à deux personnes que vous ne connaissez sans doute pas encore, et qui sont pourtant très importantes au quotidien de SpeakyPlanet.
Alors, Thi-Hien et Léticia, ça fait quoi d’être la doublure des Speakies ?
 

Thi-Hien :
“Je me croyais dans un studio d’enregistrement, avec le micro et le casque, comme une vraie artiste ! J’ai même failli me mettre à chanter car je croyais qu’on enregistrait un album ! Non, je plaisante, mais prêter sa voix à un Speaky [NDLR : le vert] est très original et c’est clair qu’on ne fait pas ça tous les jours ! C’était assez amusant et je le referai avec grand plaisir !
 
Le plus difficile était de trouver la voix adaptée à un Speaky, car il a fallu gérer ma voix tout en la modifiant. Comme c’était la première fois, on a dû faire plusieurs prises et j’ai dû m’entraîner pour trouver la voix qui allait le mieux. On ne dirait pas comme ça, mais c’est dur de faire une petite voix d’enfant… Mais c’est vraiment très amusant !”

 
 

Léticia : (Le Speaky orange)
“Grâce à cette expérience, j’ai pu me mettre à la place des comédiens qui doublent les voix dans les dessins animés. Modifier sa voix est assez difficile, car il faut se concentrer sur son texte tout en restant décontracté pour conserver une intonation régulière. Cela entraîne forcément des bafouillages… et des fous rires ! Les zygomatiques ont été mis à rude épreuve.
 
Le début des enregistrements fut laborieux, mais avec nos chefs d’orchestre Franck, Hélène et Pierre, nous avons assuré. Pour finir, quel plaisir de voir nos Speakies s’animer avec nos voix !”

 
 
Enfin, Hélène -notre graphiste que vous commencez à bien connaître- s’est occupée de tout ce qui est animation et intégration des Speakies. En conditions réelles, voici ce que ça donne :
 

 
Mais laissons-la plutôt nous parler elle-même de cette expérience !
 

Hélène :
“Alors, une fois le tournage terminé, nous avons sélectionné les prises qui convenaient le mieux pour le film. Ensuite, mon boulot a été de faire les animations des Speakies. Pour cela il a fallu d’abord enregistrer les voix des Speakies et mesurer leur temps de parole afin que tout soit synchro. J’ai aussi fait les animations des captures d’écran du site que l’on peut voir dans la vidéo.
 
Ce qui m’a le plus plu est sans aucun doute d’avoir donné vie aux Speakies par l’animation ! 😀
 
Ce que j’ai le moins aimé… euh… le manque de temps pour faire des animations encore plus drôles et précises !”

 
 
Toutes les bonnes choses ont une fin… Ce making-of arrive déjà à son terme, et je crois que vous savez maintenant tout sur les coulisses du film SpeakyPlanet. Il me reste toutefois une dernière photo à vous partager, un cliché où on aperçoit un stagiaire en train de prendre des photos (oui, je parle de moi, là). J’ai certes subi quelques pressions encouragements à rajouter cette photo, mais si cela peut aider à mettre un visage sur mes mots, après tout… 😉
 

 
Et voilà, cette fois-ci c’est bel et bien terminé. J’espère que vous aurez autant aimé lire ce making-of que j’ai pris de plaisir à l’écrire, à prendre des photos pour l’illustrer et à interviewer toute l’équipe. N’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous dire ce que vous en avez pensé, si vous nous imaginiez comme ça, ou encore si vous aimeriez découvrir d’autres facettes cachées de SpeakyPlanet !
 
En attendant, je vous dis “See you soon !”*
*A bientôt!
 

Benoît.


Découvrir SpeakyPlanet



1 Commentaire

  1. Des pressions ?! Je ne vois pas du tout de quoi tu parles…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2016 Le blog de SpeakyPlanet

Thème réalisé par Anders NorenHaut ↑